Initiatives d’ ecotourisme autochtone dans le monde.



Accueil > Destinations Indigènes > ASIE > Thaïlande

Thailande

Communauté Karen de Ban Huay Hee

Province de Mae Hong Son

par Potjana Suansri , Stéphanie Thullen - publié le , mis à jour le

Texte : Stéphanie Thullen, Photos : REST

Ban Huay Hee est un petit village Karen situé dans les montagnes de la province de Mae Hong Son en Thaïlande. Comme la plupart des autres communautés Karen, les gens d’ici vivaient sans grand contact avec le monde extérieur et totalement indépendants, ne comptant que sur eux-mêmes et la nature pour leur survie, et prenant bien garde de ne pas détruire les ressources dont ils dépendaient tant.

Cependant, le monde extérieur moderne a empiété sur cette communauté, tout comme il l’a fait sur de nombreuses autres populations indigènes dans le reste du monde. L’économie rentable, les réglementations gouvernementales discriminatoires et le tourisme sauvage sont rapidement devenus parties intégrantes de leur quotidien. En 1997, les villageois ont décidé de s’attaquer à ces problèmes et de développer des activités de tourisme indigène (CBT). La communauté a donc contacté une ONG locale qu’ils connaissaient depuis longtemps, Project for Recovery of Life and Culture (PRLC), et leur partenaire, Bangkok-based Responsible Ecological Social Tours Project, afin d’obtenir une assistance.

Khun Anee Kwantu, le chef de Ban Huay Hee, illustre le mieux [l’expérience vécue par la communauté avec CBT :
« Avant de commencer notre projet touristique, il y a quelques années, nous recevions déjà des touristes, mais nous ne savions absolument pas comment gérer la situation concernant les finances, le programme, les REtours, etc…Après avoir reçu plusieurs formations, nous sommes maintenant en mesure d’expliquer et de montrer notre savoir culturel et traditionnel à nos visiteurs- et nous sommes fiers de notre gestion et de nos talents de guides. Autrefois, nos jeunes ne s’intéressaient pas à notre culture traditionnelle et ils voulaient émigrer vers les grandes villes modernes comme Bangkok. Mais le village est devenu bien plus attirant pour eux depuis que les touristes y séjournent. Maintenant, ils sont aussi plus enclins à s’instruire de nos traditions auprès des anciens afin de devenir guides pour le village.
Comme notre village refuse de dépendre entièrement du tourisme, nous avons décidé de ne pas recevoir plus de deux groupes par mois. Ce nombre ne devrait pas interrompre nos tâches quotidiennes mais au contraire les stimuler. Quatre-vingts pour cent des revenus obtenus du tourisme reviennent directement aux familles qui offrent l’hébergement et les repas aux touristes. Nous avons développé un système de rotation afin d’éviter la jalousie parmi les membres de la communauté. Quinze pour cent de l’argent va à l’Ecotourism Club qui gère le projet et cinq pour cent au Village Community Fund. »

Chaque foyer de Ban Huay Hee est impliqué d’une manière ou d’une autre dans le projet CBT. Les femmes de Huay Hee participent surtout en cuisinant pour les touristes, en montrant et vendant le tissage traditionnel de Karen. Elles ont reconnu que grâce aux touristes, elles ont maintenant l’occasion de passer plus de temps à tisser et de gagner de l’argent grâce aux objets vendus. Ils y quelques femmes guides qui renseignent les touristes sur la vie du village.

CBT n’a pas remplacé mais complété la principale source de subsistance du village, l’agriculture. Tous les villageois souhaitent davantage de touristes mais ils refusent d’être dérangés dans leur mode de vie- leur priorité est le travail des champs et la culture du riz et des légumes, pas le tourisme. Les villageois incluent donc des activités CBT dans leur vie de tous les jours. Tout en guidant les touristes à Doi Pui, un villageois peut par exemple emporter quelques orchidées cultivées dans sa pépinière afin de les replanter lors d’une marche en montagne. Ou bien, au cours d’une visite des touristes dans les rizières, destinée à leur montrer les pratiques d’agriculture traditionnelles, les habitants de Karen peuvent profiter de l’occasion pour vérifier si les récoltes ne sont pas infestées de mauvaises herbes ou d’insectes. Les touristes sont alors encouragés à participer à la replantation des orchidées et au travail dans les rizières.

Les soirées sont réservées à l’échange culturel entre les touristes et les villageois, une des activités les plus importantes à Huay Hee. En général, le chef commence par expliquer la nature du projet CBT, puis les touristes se présentent, disent un mot sur leur pays, le motif de leur visite à Huay Hee, et enfin ils posent toutes les questions qu’ils souhaitent sur les villageois et leur mode de vie. Les villageois peuvent à leur tour questionner les touristes y compris avec des phrases du genre « comment est le climat dans votre pays », « y a-t-il des gens pauvres chez vous », etc.… Il y a ensuite un spectacle musical donné par le chœur qui chante des chants traditionnels et des chants chrétiens.

Localisation
Ban Huay Hee est situé dans la province de Mae Hong Son province, une region montagneuses dans le nord oust de la Thailande en frontière du Burma/Myanmar, à 900 km de Bangkok.

De Bangkok, on peut prendre un avion ou un train jusqu’à Chiang Mai, de là il y a 8 heures de bus et 30 minutes d’avion de la ville Mae Hong Son. De Mae Hong Son, il faut compter encore 30 km de route jusqu’à la montagne de Ban Huay Hee. L’accès ne peut se faire qu’avec l’assistance d’un tour opérateur.

Contact
A Bangkok
Responsible Ecological Social Tours (REST) Project
Potjana Suansri (Project Manager)
109/79 Mooban Yucharoen Pattana, Ladprao Road, Soi 18
Ladyao, Chatuchak, Bangkok 10900, Thailand
Tél. : +66-2-938 7007
Fax : +66-2-938 5275
Courriel : rest@asiaaccess.net.th
Internet : www.rest.or.th/about/default.shtml
www.cbt-i.org

A Mae Hong Son :
PRLC (Project for Recovery of Life and Culture)
53 Moo 8
Tambon Pan Moo
Amphur Muang,
Mae Hong Son 58000
Tél : +66 (0) 53 613 462-3

Informations culturelles
Ban Huay Hee existe depuis plus de 170 ans, et abrite maintenant une population d’environ 200 habitants. Il s’agit des Sgaw Karen, qui font partie du groupe ethnique Karen, le plus important groupe ethnique montagneux de Thaïlande (pour plus d’information vous pouvez consulter le site
www.infomekong.com et
karen_secondary_sgaw.htm.
Il y a une école primaire avec deux enseignants, une petite boutique et une église. Toutes les familles à l’exception d’une seule sont chrétiennes, bien qu’il n’y ait aucun conflit entre eux et cette famille animiste. Il n’y a pas d’électricité dans le village, mais seulement une station solaire, le téléphone par satellite et deux postes de télévision.
La principale source de subsistance de la communauté est la culture du riz en hauteur. Leurs solides connaissances de la forêt et de l’écologie agricole leur permettent de maintenir la fertilité du sol. Ils utilisent un système de rotation cyclique de la terre pour faire pousser le riz, le maïs et d’autres légumes, le tout dans le même champ. Avec ce système, on enlève les arbres d’une parcelle de terre tout en préservant les racines et au moins un mètre à la base de l’arbre. Ceci empêche l’arbre de mourir, permettant ainsi à la forêt de repousser et au sol de se régénérer lorsqu’il est en jachère. Chaque parcelle de terre est utilisée pendant un an et puis réutilisée tous les six à dix ans. Une partie des terres de la communauté est située dans le Mae Surin National Park, et les villageois ont été autrefois accusés de déforestation et de dégradation due aux pertes d’eaux. Le Forestry Department les a même menacés à un moment de les déloger s’ils ne changeaient pas leurs pratiques d’agriculture traditionnelles.

Les villageois eux-mêmes partagent tous les aspects de leur culture avec les touristes. Par exemple, lorsqu’un touriste leur rend visite, il ou elle apprend directement des villageois que Huay Hee est un village chrétien et que ses habitants ne boivent jamais d’alcool et ne fument pas. Lorsque les touristes s’instruisent auprès des villageois eux-mêmes, ils ont tendance à respecter encore plus leurs coutumes et traditions. REST indique un code de conduite à ses clients que la communauté a affiché dans le bâtiment commun du village.

Séjour recommandé
Titre : Touch Karen’s Life and Nature of Doi Pui
Durée : 3 nuits et 2 jours
Dates : sur demande
Prix : pour 4-6 personne US$120
Inclus : transport, guide anglophone, repas et hébergement, taxe d’entrée, dons, assurance
Exclus : boissons, souvenirs et dépenses personnelles
Saisons : d’octobre à mars
Hébergement : chez l’habitant et en camping
Activités : randonnée guidée jusqu’au sommet de la montagne de Doi Pui, échanges culturels, observation d’oiseaux et visites des communautés environnantes, apprentissage des pratiques agricoles, du tissage de la fabrication de paniers, and blacksmithing ???
Taille des groupes : de 1 à 10 au maximum

Carte